Médiation Familiale



La médiation familiale concerne la fin de la vie d'un couple avec ou sans enfants, la fin d'un mariage, d'une co-habitation légale ou d'une vie commune. La médiation familiale aidera les parties à faire le deuil d'une relation de couple.

L'objectif de la médiation familiale est d'organiser au mieux toutes les conséquences pratiques de la séparation afin d'aider les couples à construire une relation co-parentale future la plus apaisée possible. Nous traitons de toutes les questions concernant tant les séparations provisoires que des séparations définitives menant au divorce du couple.

L'objectif premier est l'intérêt des enfants quelque soit leur âge.

Dans un cadre sécurisant, nous abordons tous les points souhaités par les demandeurs, notamment les contributions alimentaires, les pensions alimentaires, toutes les formules d'hébergements possibles, les vacances scolaires, etc.

Nous veillons à une objectivation des contributions alimentaires, grille Renard, PCA Larcier, grille de la Ligue des Familles, autres.

Si au terme de la médiation un accord intervient, celui-ci repris dans un "accord de médiation" pourra être homologué par le tribunal de la famille, produisant tous les effets d'un jugement.

La médiation familiale est une véritable alternative à la justice. Vous restez maître de votre conflit, le médiateur vous aidera à créer d'autres approches pour résoudre vos différends dans le respect de chacun.





En 2005, le législateur belge a inscrit les médiations familiales, civiles & commerciales, et sociales dans le Code Judiciaire.


On peut y trouver deux types de médiation :

  1. Art. 1730 - LA MEDIATION EXTRAJUDICIAIRE "Toute partie peut proposer aux autres parties, indépendamment de toute procédure judiciaire ou arbitrale, avant, pendant ou après le déroulement d'une procédure judiciaire, de recourir au processus de médiation. Les parties désignent le médiateur de commun accord ou chargeant un tiers de cette désignation."
  2. Art. 1734 - LA MEDIATION JUDICIAIRE " Le juge déjà saisi d'un litige peut, à la demande conjointe des parties ou à sa propre initiative mais avec l'accord de celles-ci, ordonner une médiation, tant que la cause n'a pas été prise en délibéré."